L’Ambassadeur de France remet ses Lettres de Créance au Président de la République de Chypre [el] [en]

L’Ambassadeur de France à Chypre, M. René Troccaz, a remis ses Lettres de Créance au Président de la République de Chypre, M. Nicos Anastasiades, le 12 février 2016.

JPEG

Allocution de M. René Troccaz, Ambassadeur de France à Chypre

à l’occasion de la remise de ses lettres de créance
à S.E. M. Nicos Anastasiades, Président de la République de Chypre

Vendredi 12 février 2016

J’ai l’honneur de présenter à votre Excellence les Lettres de Créance par lesquelles Son Excellence le Président de la République française, Monsieur François Hollande, m’accrédite en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République française en République de Chypre, ainsi que les Lettres de Rappel de mon prédécesseur.

Représenter la France à Chypre est un grand honneur et un privilège. Les excellentes et étroites relations que nos deux pays entretiennent de longue date sont appelées à se poursuivre, se diversifier et s’approfondir encore davantage. C’est le sens de ma mission, pour laquelle je ne ménagerai aucun effort.

Je suis conscient de prendre mes fonctions au moment où des développements politiques très importants se déroulent à Chypre, alors que vous êtes, Monsieur le Président, pleinement engagé dans le processus de négociation visant à réunifier l’île, processus qui s’est considérablement intensifié en 2015. En tant que représentant d’un pays ami, membre de l’Union Européenne mais également membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, je tiens à vous réaffirmer le plein soutien de la France aux efforts en cours en vue de la réunification de votre pays, dans le cadre d’une fédération bizonale et bicommunautaire, selon les paramètres agréés par les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et la déclaration conjointe de février 2014. La France salue les progrès déjà accomplis à la table des négociations et souhaite le plein succès de ces dernières. Leur réussite non seulement apporterait la paix, la prospérité et la sécurité aux Chypriotes, mais elle permettrait de clore enfin un conflit qui mobilise la communauté internationale depuis plus de quarante ans et contribuerait ainsi à la stabilité de la région.

Je souhaite ensuite vous exprimer à nouveau les vifs remerciements des autorités françaises pour la solidarité dont vous avez fait preuve au cours de l’année 2015, lorsque la France a été frappée par les terribles attaques terroristes des mois de janvier et novembre. La solidarité du peuple et des autorités chypriotes à l’égard du peuple français a illustré l’identité de valeurs qui est un fondement de l’amitié entre nos deux pays. En ces circonstances particulières et dramatiques, la France a pu compter sur l’appui de Chypre en matière de lutte contre le terrorisme et sur un soutien concret à son action, à travers notamment les nombreuses escales de bâtiments et d’avions militaires français sur l’île. Notre pays vous en est reconnaissant, ainsi que le Président de la République vous l’a exprimé en personne lors de votre entretien à Larnaca le 4 décembre 2015.

Notre dialogue politique bilatéral se caractérise par une réelle convergence de vues et une analyse largement partagée des principaux enjeux et défis régionaux ou mondiaux. Il s’inscrit dans le cadre plus large de l’Union Européenne, dont nos deux pays souhaitent l’approfondissement, pour le bien-être de nos concitoyens et le rayonnement de nos valeurs. La coordination informelle des pays méditerranéens de l’UE à travers le Med-Group, dont vous êtes à l’origine et qui se réunira prochainement à Chypre, après s’être tenu à Paris en 2015, constitue une illustration de cette ambition européenne partagée.

Les relations économiques et commerciales entre la France et Chypre présentent de nouvelles opportunités pour notre partenariat. La prospection dans le domaine des hydrocarbures, qui au-delà de ses aspects commerciaux présente une dimension stratégique importante, offre ainsi de réelles perspectives de développement de nos échanges et de notre coopération. D’autres secteurs, tels que le tourisme, recèlent un fort potentiel qu’il nous appartient de réaliser.

Notre appartenance commune à la famille francophone, consolidée depuis 2006 par l’adhésion de votre pays à l’Organisation internationale de la Francophonie en tant que membre associé, doit, par ailleurs, contribuer au rayonnement de la langue française à Chypre. Les autorités françaises sont à cet égard très sensibles au fait que l’apprentissage du français demeure obligatoire dans l’enseignement chypriote, et elles se félicitent du succès de l’École Franco-Chypriote de Nicosie, qui, inaugurée en septembre 2012, symbolise l’excellence de notre coopération bilatérale. Enfin, nos travaux communs dans le domaine de l’archéologie, anciens et fondateurs de notre coopération culturelle, représentent un modèle de partenariat bilatéral et doivent inspirer une nouvelle dynamique de nos échanges dans le domaine scientifique./.

JPEG

publié le 17/02/2016

haut de la page