Histoire de l’archéologie française à Chypre

Source : Inscriptions chypriotes syllabiques, Olivier MASSON, éd. E. de Boccard, 1961

C’est à partir de la seconde moitié du XIXe siècle que la civilisation chypriote ancienne a suscité l’intérêt des voyageurs et des archéologues, plus ou moins amateurs. Se sont alors constituées des collections d’objets chypriotes privées et, plus tard, à partir de 1860, des collections officielles.
Loin d’être exhaustive, cette chronologie vise surtout à mettre en évidence la présence historique de la France dans l’archéologie chypriote.

1800-1859 : les premières découvertes

Au cours de la première moitié du XIXe siècle, les découvertes de quelques voyageurs donnent naissance à l’archéologie chypriote et contribuent à la formation des premières collections privées.

En 1844, Louis de Mas Latrie, le père de l’histoire médiévale de Chypre, séjourne à Chypre ; ses travaux lui permettront de publier en 1862 une carte de l’île, retraçant les itinéraires des voyageurs français, de Pocock (1738) à Vögue et Waddington (1862).

C’est grâce aux voyages de Péretié, chancelier du consulat de France à Beyrouth, que les collections privées françaises se constituent.
Péretié effectue en effet des séjours à Chypre dès 1850 et c’est par son intermédiaire que le duc Honoré Albert de Luynes fait l’acquisition de divers objets chypriotes l’année suivante. La collection de Luynes sera ensuite transférée à la Bibliothèque nationale (1862-3).
En 1859, Louis de Clercq se rend à Beyrouth d’où il découvre la collection de Péretié, dont il achète une partie constituant la "collection de Clercq", riche de nombreux objets chypriotes.

1861-1878 : les premières fouilles

Les premières fouilles organisées apparaissent au cours des dernières années de la domination ottomane et sont surtout le fait d’archéologues amateurs.

En 1861, Ernest Renan forme un projet de fouilles et charge MM. Melchior de Vogüe et William Paddington des recherches à Chypre.
C’est au cours de 1862 que la mission de Vogüe-Waddington se rend à Chypre. Ils sont aidés dans leur recherches par l’architecte E. Duthoit et par Grasset, un français alors établi à Chypre. Les fouilles proprement dites sont en effet réalisées par ces derniers.

Les antiquités chypriotes découvertes par la mission de Vogüe-Waddington sont transférées à Paris au musée du Louvre en 1863. Ces objets ont longtemps constitué l’essentiel de la collection chypriote du Louvre, dont la majeure partie est actuellement conservée au département des antiquités orientales.

Georges Colonna-Ceccaldi, frère du consul de France à Chypre, effectue son premier séjour dans l’île en 1866. Il y séjournera par la suite à plusieurs occasions jusqu’en 1871. Il visitera notamment les sites de Golgoi, à Ayios Phôtios, fouillés par Luigi Palma di Cesnola, consul des États-Unis à Chypre depuis 1866.
En 1870, une vente d’antiquités recueillies par di Cesnola est organisée à Paris.

En 1878, deux érudits français, MM. Mondry Beaudoin et Edmond Pottier, se rendent à Chypre.

1879-1926 : Découvertes et voyages

Avec l’installation de l’administration britannique à Chypre en 1878, une nouvelle période s’ouvre : les recherches archéologiques non officielles sont interdites, un musée est fondé à Nicosie (1883) et les premières expéditions scientifiques ont lieu à partir de 1888.

De 1886 à 1887, le vicomte de Castillon Saint-Victor, consul de France à Larnaca, mène des fouilles à Kourion sur l’emplacement présumé des chambres souterraines du "Trésor de Curium" (idée formulée par di Cesnola lorsqu’il découvrit Kourion).
En 1887, est organisée une vente aux enchères à Paris de la plupart des trouvailles de Polis ; des fouilles y avaient été menées par l’allemand Ohnefalsch-Richter depuis 1886.

Au début du XXe siècle, l’activité archéologique à Chypre s’est fortement ralentie.

1927-1960 : archéologie "moderne"

Cette période est marquée par d’importantes fouilles conduites par des équipes britanniques, suédoises, françaises ou encore américaines.

Ne manquez pas de consulter les pages consacrées aux missions françaises actuelles à Chypre.

publié le 09/09/2008

haut de la page