E-patrimoines : modules de formation continue à distance dans le domaine du patrimoine

PNG

Le ministère de la Culture et de la Communication (Direction générale des Patrimoines - Département des Affaires européennes et internationales) a initié, en février 2011, en partenariat avec l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Université numérique francophone mondiale (UNFM), un dispositif de formation continue à distance, en langue française, dans les domaines des patrimoines matériel et immatériel.

Cette formation, conçue et délivrée par des experts de haut niveau, est destinée en priorité aux professionnels (musées, directions du patrimoine) et universitaires (étudiants et enseignants) de l’espace francophone, œuvrant dans le domaine du patrimoine et souhaitant enrichir leurs connaissances.

La méthode pédagogique est fondée sur les technologies numériques avec des enseignements (présentations vidéo, support de cours en diaporama et témoignages) consultables :
• dans les campus numériques francophones MD de l’AUF (sur abonnement) ;
• depuis un ordinateur avec un identifiant et un mot de passe (après inscription nécessaire).

Cette formation a pour principaux objectifs :
• d’accroître les compétences des professionnels et des universitaires dans le domaine des patrimoines (par exemple : patrimoine monumental, archéologie, musées, archives, architecture) ;
• de renforcer les partenariats.

Accès :

Les candidats sont sélectionnés sur dossier après examen des candidatures par un comité de sélection composé de représentants du Ministère de la culture et de la communication et de l’AUF.
L’accès aux modules de cours est gratuit pour les apprenants inscrits et le rythme de suivi des cours est laissé à la libre appréciation.

La formation « e-patrimoines » comprend six modules :

1. Lutte contre le vol et le trafic illicite des biens culturels. Ce premier module comporte neuf cours et un documentaire. Les enseignements portent sur la législation en vigueur en France et dans les pays ciblés par la formation, sur les organismes de lutte contre le trafic illicite, sur toutes les formes de patrimoine concernées par le trafic (mobilier, naturel et subaquatique).

2. La démarche d’Inventaire général, une connaissance préalable à usages multiples. Ce module entend répondre à la question de la mise en œuvre d’inventaires de biens culturels mobiliers et immobiliers, matériels voire immatériels (à l’exception des collections muséales et des sites archéologiques non fouillés). La réponse proposée par la France, et accompagnée par une recommandation européenne, est l’Inventaire général qui s’appuie sur un système documentaire cohérent, interopérable et pérenne. Ce module présente dans un premier temps cette démarche nationale dans un contexte européen, en insistant sur les usages possibles comme sur les outils nécessaires. Ensuite, des exemples concrets issus des différentes régions de France métropolitaine ou d’outremer illustrent cette démarche globale. Enfin, l’accent est mis sur des enjeux actuels autour du patrimoine immatériel par l’intégration des données ethnologiques mais aussi sur les transferts possibles de la méthode à de nouveaux territoires, dans des contextes faisant la part belle à une démarche participative.

3. Conservation préventive - Conserver les patrimoines, méthodologies de prévention des risques. Ce module, consacré à la conservation des patrimoines dans les musées, propose quelques approches méthodologiques de gestion des risques. Après avoir présenté les principaux enjeux de la conservation préventive (facteurs de dégradation et leurs implications sur la gestion matérielle des collections), différentes stratégies de contrôle de l’environnement des œuvres sont abordées. Le module s’achève sur l’évocation de la pratique de la restauration et de sa place dans le processus de conservation.

4. Sécurité et sûreté dans les lieux patrimoniaux : de la prévention à la répression. Ce module a été conçu par des spécialistes de la sûreté et de la sécurité du Ministère français de la culture et de la communication. Ces experts proviennent pour la majeure partie d’entre eux de la police et du corps des sapeurs-pompiers de Paris. Ce module permet de dresser un panorama des mesures de protection contre le vol et la malveillance pour la partie sûreté et contre les risques d’incendie, de catastrophes naturelles et d’inondations pour la partie sécurité. Il englobe également des interventions dans la lutte contre le trafic des biens culturels et les moyens mis en œuvre pour y parvenir.

5. L’archéologie française : histoire, organisation et pratiques. Les découvertes archéologiques suscitent toujours un grand intérêt de la part du public mais l’organisation de la recherche archéologique et ses méthodes sont souvent mal connues. Après une présentation de la genèse des idées et des dispositions réglementaires qui régissent aujourd’hui l’archéologie française du territoire national, ce module aborde quelques aspects son organisation administrative au sein du ministère de la culture chargé de leur application. Les objectifs et les méthodes de l’archéologie programmée et préventive sont exposés par des spécialistes de ces domaines et un éclairage particulier est donné sur deux aspects particuliers de cette recherche que sont l’archéologie subaquatique et sous-marine et l’étude et la conservation des sites rupestres. Il aborde également la recherche archéologique française à l’étranger, qui est une compétence propre du Département. Ce module constitue une première, grâce à la coopération entre le ministère de la Culture et de la Communication et le Département pour sa conception et sa réalisation.

6. Réseau des Grands Sites de France. Créé en novembre 2000, le Réseau des Grands Sites de France est une association loi 1901 reconnue d’intérêt général qui regroupe les organismes locaux chargés de la gestion de 41 sites français remarquables et protégés. Ces sites font l’objet depuis plus de 30 ans d’une politique nationale associant l’Etat et les collectivités locales pour leur préservation, leur gestion et leur mise en valeur, reposant sur les principes de développement durable. L’intervention introduit à la notion de gestion intégrée, qui s’avère très appropriée pour la gestion de l’ensemble des sites patrimoniaux.

Pour plus d’information : http://www.e-patrimoines.org

Les candidats peuvent s’inscrire directement sur le site (http://www.e-patrimoines.org/patrimoine/inscription-en-ligne/) ou contacter les responsables du projet au Ministère français de la Culture et de la Communication : contact@e-patrimoines.org

publié le 22/07/2015

haut de la page